Go to content; Go to main menu; Go to languages.
Menu

Benjamin

30.12 1995-31.12.1995

Nous avions été bénis par deux enfants en bonne santé (deux garçons de 6 et 8 ans). Mon mari était satisfait avec seulement deux enfants, mais je souhaitais en avoir un autre. Je priais pour un autre enfant, mais le plus souvent, je priais pour la volonté de Dieu. Je savais que si c’était sa volonté que nous ayons un autre enfant, il pouvait faire changer mon mari d’opinion. Quand je me suis retrouvée enceinte, malgré notre méthode contraceptive habituelle, j’ai pensé que ce devait être la volonté de Dieu. J’ai aussi pensé que Dieu devait mieux connaître le cœur de mon mari qu’il ne le connaissait lui-même, et que mon mari finirait par le comprendre.

L’anencéphalie a été décelée par une échographie de routine à la vingtième semaine. Je ne comprenais pas pourquoi Dieu nous bénissait par un autre enfant si c’était pour nous le reprendre immédiatement après. Le docteur m’a informé de mes choix. Je n’avais même pas à y réfléchir. Je lui ai immédiatement répondu que je ne voulais pas avorter. Ma meilleure amie avait eu un bébé anencéphale trois ans et demi auparavant. Elle a porté son bébé à terme et je savais que je voulais faire de même.

Mon mari me soutenait à 100% dans ma décision. Nous avons tous les deux prié pour un miracle, avec beaucoup, beaucoup d’autres. Nous avons reçu un grand soutien de notre famille et amis, de notre église et de mon docteur. Je pensais habituellement combien Dieu devait être en colère contre tout le mal dans le monde. Pendant cette expérience, je pensais combien Dieu devait se plaire de tout l’amour et la compassion de son peuple.

L’échographie a aussi révélée que nous attendions un garçon. Très tôt, nous l’avons appelé Benjamin. Bien que je priais pour un miracle, je savais que Benjamin appartenait à Dieu. J’ai remis toute la situation au Seigneur et prié pour que sa volonté s’accomplisse. Bien que ce fut le temps le plus dur de ma vie, je sentais réellement le Seigneur me porter au travers de tout cela.

Ma grossesse s’est déroulée plutôt agréablement. Benjamin était très actif. J’aimais le sentir si vivant, grandissant en moi. Quand mes neuf mois arrivèrent à leur fin, j’étais remplie de sentiments mélangés. J’étais fatiguée d’être enceinte, mais je savais que j’étais la ligne de vie de mon bébé.

Je ne voulais pas être provoquée (ce qui est ordinaire avec ce genre de grossesses). Je voulais également le plus d’heures possible pour caresser et aimer Benjamin. Mon amie a eu 5 heures et demi avec son enfant et j’avais espéré avoir au moins autant de temps avec mon bébé. Le Seigneur est bon. J’ai commencé le travail deux jours après terme. Environ 4 heures après le début du travail, je suis allée à l’hôpital, et mon col était déjà dilaté à 6 cm. Environ 3h30 après, à 18h32, Benjamin était né. Il pesait 3600g et mesurait 48cm. Le travail n’a pas été trop pénible, mais la délivrance fut un peu plus dure qu’avec mes autres enfants. J’ai pu le prendre presque immédiatement. Il était merveilleux. Avec son petit chapeau, il avait l’air tout à fait normal, exceptée sa légère décoloration. Nous avons autorisé la famille proche à le porter, ses frères inclus. Le connaître, c’était l’aimer. Il était très spécial. Il faisait de mignons petits bruits et a même tiré la langue une fois. Nous avons pris beaucoup de photos. Nous avions aussi un kit de modelage, et nous avons fait les empruntes de ses mains et de ses pieds, avec sa date de naissance. C’est un tel trésor. Comme il se faisait tard, notre famille est retournée à la maison. Benjamin avait sa maman et son papa pour lui seul les dernières heures de sa vie, jusqu’à ce que le Seigneur le reprenne peu après minuit. Il a vécu un peu plus de 5heures et demie.

Bien qu’il demeure une foule de choses que je ne comprends pas, je sais que Benjamin a eu un impact dans la vie de beaucoup de gens. Nous avons reçu plusieurs commentaires d’infirmières à l’hôpital. L’une d’entre elles nous a envoyé une lettre témoignant de combien Benjamin avait changé sa vie.

Il me manque profondément, mais je sais que je ne serais éloignée de lui qu’un court moment comparé à l’éternité. Dans un sens, je sens que Benjamin a été béni pour être repris d’un monde avec tant de luttes et de souffrances. Il a dû aller directement au ciel.

Cindi

Traduit de l'anglais avec la permission de l'Anencephaly Support Foundation

Dernière mise à jour de cette page: 20.01.2009