Go to content; Go to main menu; Go to languages.
Menu

Hope et Abigail

5.6.1998 - 8.6.1998

Proverbes 18.10 dit : "Le nom du Seigneur est une tour forte, le juste accourt dans ses murs pour être sauvé". C’était le verset choisi comme thème à la conférence que je suivais en octobre dernier à Birmingham, AI. C’était l’un des temps les plus forts dont nous avons pu jouir en tant que couple dans le ministère. Elle était intitulée "refuge" et était menée par " Student Life ". L’orateur a parlé des raisons pour lesquelles nous y courons et des raisons pour lesquelles nous quittons le refuge. Ces deux jours et demi ont été puissants. Nous ne le savions pas à ce moment, mais Dieu nous préparait pour ce à quoi nous allions devoir faire face les jours qui suivraient.

Le 19 janvier 1998 a été le jour marqué où nous avons commencé à chercher refuge dans le puissant nom du Seigneur. Ce matin-là, pendant son temps avec le Seigneur, Scott était en train de lire Hébreux 4 :16, qui dit ceci : " C’est pourquoi, approchons-nous avec assurance du trône de grâce, afin de recevoir miséricorde et trouver le secours dans les temps de besoins. ". Il a senti que Dieu lui disait que nous allions mettre un pied dans ce verset, et qu’il allait être expérimenté dans nos vies le jour même. Nous sommes allés passer une échographie ce jour-là, et nous avons été choqués, mais extrêmement excités de découvrir que nous allions avoir des jumeaux. En cinq minutes, notre excitation s’est tournée en désarroi, quand nous nous sommes aperçus qu’il y avait un problème avec bébé B. De ce fait, nous avons commencé nos six mois de formation médicale.

Cet après-midi-là, l’infirmière de la Dresse Moraczewski nous a dit que bébé B avait une anencéphalie, qui est un défaut du tube neural dans lequel il n’y a qu’un développement partiel ou aucun développement du cerveau. A ce moment, nous avons demandé si cela signifiait que nous allions perdre le bébé. La réponse a retenti comme un coup de feu au travers du téléphone et a transpercé nos cœurs ; oui, nous allions perdre le bébé. Nous avons rencontré la Dresse Moraczewski pour discuter de notre situation. Elle nous a envoyés à Pensacola pour voir le Dr Maher, qui est spécialiste des grossesses à haut risque. La visite devait servir de seconde opinion et devait permettre de vérifier le diagnostic de la Dresse Moraczewski sur bébé B. Le Dr Maher était très terre-à-terre et a dit que bébé B ne survivrait pas. Les mots résonnaient si durement. Ce bébé n’allait pas s’en sortir, si l’on en croyait toutes les informations médicales reçues, mais nous espérions cependant et continuions de prier pour un miracle.

Nous devons ajouter ici que Dieu est extrêmement sage dans ses voies et dans son timing. Dès le premier jour, il nous a entourés de personnes et de circonstances et les a spécifiquement placées sur notre route tout au long du voyage, comme pour nous dire : "Je suis là, je vais prendre soin de vous. Je vais marcher au travers de tout ceci avec vous." La première preuve en a été la rencontre avec Debbie, une infirmière dans le cabinet du Dr Maher, qui "par hasard" s’est trouvée être chrétienne. Debbie a contribué à calmer nos cœurs agités avec des mots de réconfort et d’encouragement, et elle était très concernée et sensible face à notre situation. Nous avons décidé ce jour-là d’essayer de découvrir le sexe des bébés, car nous voulions choisir des noms spéciaux pour eux. Nous allions avoir deux filles – quelle bénédiction ! Il ne nous a pas fallu beaucoup de temps pour décider du nom de bébé B. Nous nous sommes décidés pour Hope Elizabeth, ce qui signifie "Espérance dans les promesses de Dieu". Ce nom convenait parfaitement à notre petite fille. Plusieurs semaines plus tard, nous avons choisi le nom d’Abigail Lynn pour sa sœur jumelle. Abigail signifie "source de délices" et Lynn est le second nom de Deidra. Nous avons décidé d’attendre le bon moment pour partager avec tout le monde les prénoms de nos deux filles.

Dans les semaines qui ont suivi, nous nous sommes posé de nombreuses fois la question du "pourquoi?" et avons lutté avec le fait que Dieu permette que cela arrive dans nos vies. Bien que Dieu ne nous l’ait pas expliqué, Il nous a à plusieurs reprises montré qu’Il contrôlait notre situation. Sachant que Dieu a un plan et un but, nous avons commencé à demander: "Seigneur, que veux-tu nous apprendre au travers de cela ?".

Les 30 et 31 janvier, nous avons pris les jeunes de notre église pour aller à la conférence de "Student Life" à Bimingham, Cette conférence était dirigée par le même groupe qui avait dirigé notre incroyable week-end "Refuge". C’était un bon timing de la part de Dieu de nous ramener à la place même où notre aventure avait commencé. Le thème de la conférence était la louange. C’était un temps puissant pendant lequel nous avons véritablement loué notre Père céleste et nous sommes centrés sur lui au milieu de notre tourment.

Le 30 mars, nous sommes retournés faire une échographie de routine. Il n’y avait aucun changement de l’état de bébé B. Le technicien, cependant, nous a informés qu’il y avait quelque chose d’anormal avec le cœur de bébé A, et que la Dresse Moraczewki nous appellerait l’après-midi. Comment était-il possible qu’il puisse y avoir quelque chose d’anormal avec les deux bébés ? Nous avions l’impression de faire un cauchemar, et espérions bientôt nous réveiller. La Dresse Moraczewski nous a appelés pour nous dire que le cœur de bébé A battait à 240, ce qui est dangereusement haut puisque la moyenne est de 120-160. On nous a demandé d’aller directement à l’hôpital du Sacré-Cœur à Pensacola, où nous serions pris en charge par le Dr Maher (le même docteur que nous avions vu en janvier concernant bébé B).

Après un test au repos et une autre échographie, on nous a dit que bébé A avait une déficience cardiaque à cause de la tachycardie. Pour compliquer encore les choses, Deidra avait des contractions. Les bébés n’avaient que 25 semaines et, avec l’état de bébé A, il n’y avait aucune chance de survie s’ils naissaient à ce moment. Les deux objectifs étaient de stopper les contractions et de ralentir le cœur de bébé A en gavant Deidra de médicaments.

Des amis de notre cellule de maison ont commencé à arriver au moment approprié pour que nous puissions leur faire part des noms de nos filles dans le but qu’ils prient pour elles nominalement et spécifiquement. Après deux longues semaines à l’hôpital, les contractions s’étaient ralenties, le cœur d’Abigail avait un rythme sinusal normal la plupart du temps, et le liquide qui s’était mis dans son corps avait commencé de se résorber. Loué soit le Seigneur ! Tout au long du séjour à l’hôpital, Dieu a continué à démontrer son amour et sa manière attentive de veiller sur nous par des visites de personnes de notre église et d’autres églises juste au moment où nous en avions le plus besoin. Nous voyions aussi la main de Dieu dans les soins que nous recevions des infirmières et des médecins ; beaucoup d’entre eux étaient croyants, et ils sont devenus comme une famille pour nous.

Notre but principal après notre retour à la maison a été que Deidra garde les bébés jusqu’à la 34e semaine. Les médecins l’ont mise au lit strict. Si les jumelles pouvaient rester jusqu’à la 35, voire la 36e semaine, ce serait encore mieux car le cœur d’Abigail serait plus fort.

Dieu nous a à nouveau rappelé qu’Il tenait toutes choses entre ses mains quand nous avons rencontré le Dr Blanchard, qui allait devenir le pédiatre cardiologue d’Abigail. Il a fait une échographie, et la plus excitante des nouvelles a été que tout le liquide dans le corps d’Abigail s’en était allé et que la structure de son cœur avait l’air bonne. C’était vraiment une réponse à nos prières !

Le 21 mai, le Dr Maher a fait une amniocentèse réductrice pour ôter deux litres et demi de liquide amniotique de la poche de Hope. Cela a de nouveau ralenti les contractions en vue de nous gagner encore un peu de temps.

Le timing de Dieu est parfait. Aux premières heures du matin (minuit 30 pour être exact), le 5 juin, Deidra a perdu les eaux. Nous avions tenu jusqu’à la 35e semaine ! Une de nos prières était de parvenir à l’hôpital qui se trouvait à une heure de Pensacola à temps. En quittant la maison à 12h45, et conduisant au milieu de la nuit avec une absence presque totale de trafic sur une route habituellement encombrée par le trafic touristique, nous y sommes parvenus en 40 minutes. L’une de nos infirmières préférées, Donna, travaillait justement cette nuit-là. Nous étions reconnaissants d’être parvenus là-bas si rapidement, parce que Deidra était déjà à 10cm, en un rien de temps. Dieu, dans sa souveraineté et en réponse à d’innombrables prières, a amené au monde deux précieux cadeaux, Abigail Lynn à 3h46, et Hope Elizabeth à 3h47.

Hope est vraiment un miracle, car plus de la moitié des bébés anencéphales ne survivent même pas à la naissance. Parmi ceux qui survivent, la majorité ne vit que quelques heures. Dieu a été tellement généreux de nous donner trois jours et demi avec notre petite Hope. Nos parents sont venus de St-Louis et du Texas pour la rencontrer et passer des temps précieux avec elle. Une autre prière a ainsi été exaucée. Bien qu’il soit difficile de comprendre pourquoi nous n’avons pas obtenu de pouvoir garder Hope, nous savons qu’elle était un ange envoyé par Dieu qui a touché beaucoup de vies et a amené un grand nombre de personnes sur leurs genoux dans une relation intime avec le Seigneur. Sa courte vie ici sur terre a été un témoignage envers les docteurs et les infirmières ; ils passaient dans notre chambre et étaient surpris que Hope soit toujours en vie. Nous sommes également reconnaissants envers le Seigneur pour le temps que nous avons pu passer avec notre Hope, la tenant et l’aimant. Hope s’est éteinte paisiblement dans les bras aimants de Deidra le 8 juin à 21h10. Maintenant, elle est complètement guérie et elle est au ciel, en sécurité dans les bras de Jésus. Comme dit Lauren : " Hope est en haut dans le ciel, s’amusant avec Jésus ! ". Les mots de Lauren sont une commémoration constante de la foi comme celle d’un enfant que Dieu souhaite de chacun de nous.

Abigail est vraiment un miracle, car elle ne serait pas là aujourd’hui si la Dresse Moraczewski n’avait pas ordonné un second ultrason à un moment précis. Le cœur d’un bébé ne peut pas supporter le stress d’un battement trop rapide. Après tant de jours, son cœur aurait atteint un stade de déficience complète et elle serait morte dans le sein maternel. Le timing de Dieu, de nouveau ! Après la naissance, Abigail est restée en observation aux soins intensifs pendant deux semaines. Les médecins ont réussi à la stabiliser avec deux médicaments pour le cœur, comme elle ne les recevait plus directement de Deidra au travers du placenta. Après avoir reçu un moniteur cardiaque et une formation sur l’utilisation de celui-ci, nous avons pu la ramener à la maison. Alors que nous écrivons cette lettre, Abigail est âgée de huit semaines, et son cœur va bien. Les médecins sont très optimistes et pensent que ce problème cardiaque va disparaître en grandissant.

Beaucoup d’entre vous ont fait partie de cette aventure, en priant pour nous depuis janvier. Nous savons tous et reconnaissons que Dieu a été très fidèle pour répondre d’une manière qui lui donne toute la gloire. Nous vous sommes pour toujours reconnaissants de nous avoir portés devant notre Père céleste en prière. Nous sommes également reconnaissants pour toutes les fleurs, cartes, lettres, nourriture, dons pour Lauren et Abigail, et pour l’aide financière.

Dieu nous a tellement appris à son sujet et sur son amour pour toute sa création. Nous le connaissons plus intimement et avons expérimenté sa présence d’une manière que nous n’aurions jamais crue possible. Nous continuons à faire confiance au Seigneur et à ses plans pour nos vies alors que nous avançons un jour après l’autre. "A celui qui est capable de faire infiniment au-delà de tout ce que nous pouvons demander ou penser, en accord avec la puissance qui travaille en nous, à lui soit la gloire dans l’église et en Jésus-Christ, pour toutes les générations et à jamais. Amen."

Consacrés à lui,

Scott, Deidra, Lauren, Abigail et notre Hope qui est dans le Seigneur

Traduit de l'anglais avec la permission de l'Anencephaly Support Foundation

Dernière mise à jour de cette page: 20.01.2009